[blockquote type="blockquote_quotes" align="center"]try-the-world-600x350

David Foult, Ipesup 2008, fondateur de Try The World

IPESUP Alumni vous propose une nouvelle chronique des anciens avec David Foult,  IPESUP de la promotion 2008. En janvier 2013,  David lance « Try the World », site de découverte des meilleurs produits gourmets du monde qui propose de recevoir tous les deux mois une box gourmet d'un pays différent. Forte d'une belle croissance depuis son lancement, sa start-up vient tout juste de lever des fonds avec succès ! Nous vous proposons de découvrir une interview de David sur BFM TV ainsi que sa "parole d'ancien" !

Quels souvenirs associes-tu à IPESUP ?

Quand je pense à Ipesup, je pense aux profs et aux élèves, aux salles voûtées où de belles rencontres ont eu lieu, aux petites tables et aux grands amis que je m'y suis fait. Je me rappellerai également toujours de certains concours blancs et de certaines colles, dont je tairai les notes...

Quel a été ton parcours depuis ta sortie d’IPESUP ?

Je suis sorti il y a 6 ans d'Ipesup - mon parcours est donc presque un "par-long": j'ai intégré l'ESSEC en 2008, j'ai fait pas mal d'assos (théâtre, radio, microfinance), je m'y suis fait de très bon potes et j'ai fait de beaux voyages; j'ai suivi le cursus droit et fait des stages intéressants (microfinance, marketing chez Danone, M&A chez Lazard, Ministère des Finances, 2 start-ups). Je suis parti à New York à la sortie de l'ESSEC pour étudier l'économie et les sciences politiques à Columbia, des sujets qui m'ont intéressé pendant mes études à IPESUP et a l"ESSEC. Le virus entrepreneurial m'a repris pendant mon master et j'ai très vite lancé Try The World, le Birchbox des produits étrangers. Try The World: Discover the world, one country at a time...

Une anecdote à partager à propos d’IPESUP ? (Les anciens, les profs, etc ?)

Les anciens d'Ipesup sont hypersympas. Quand je pense aux profs d'Ipesup, je pense au style décontracté de Mallet, aux plans de Cobast, aux références de Gauchon, aux centaines de milliers d'articles de The Economist de Daube, aux critiques bienveillantes de Fernandez, et aux paninis au poulet du vendeur de Notre Dame. Est-il encore là?  
[/blockquote]